21.12.2016

Flemish Pavilion

«On a toujours dû se débrouiller.
On est toujours au mieux de nous-mêmes en temps de malheur.
De la bataille des Éperons d’or à celle de l’Yser.
Patauger dans la boue nous a rendus plus grands.
Forts. Disciplinés.Humbles et modestes aussi.
Mais cette époque est révolue.
Il nous faut maintenant penser à l’avenir.
Il ne faut pas seulement être flamand pour être européen,
mais être flamand pour être plus Dubaïotes.
Il faut chercher le Dubaïote en nous»

 

Dubaï 2020.

La 35e Exposition universelle est organisée par un des pays du monde qui nourrit le plus l’imagination. Le nouveau venu à cette Exposition universelle est la Flandre, avec son propre pavillon. Une occasion exceptionnelle pour la Flandre de se présenter au monde. Est-ce une chance pour la Flandre de se détourner de la situation économique précaire actuelle et de miser sur le grand capital ?

Dr Chokri Ben Chikha, le trait d’union idéal entre Occident et Orient, se voit confier la mission de développer l’avant-projet artistique pour le pavillon flamand qui se concrétisera en 2020, à l’exposition universelle de Dubaï. Il saisit l’occasion pour le faire à sa manière : pour une première fois dans l’histoire, non pas à partir des autorités publiques, mais avec vous. Une approche ascendante, car nous ne sommes pas tous artistes de l’identité flamande.

Après une première phase de recherche couronnée de succès (en novembre 2014) à Dilbeek, « Waar Vlamingen thuis zijn » (« Où les Flamands sont chez eux »), le Dr Chokri Ben Chikha pose le pas suivant de son entreprise. Flemish Pavillon parcourt la Flandre d’Anvers à Gand en quête de réponses.

Que signifions-nous, vus de Dubaï ? Signifions-nous d’ailleurs quelque chose à partir de cette perspective ? Le pavillon flamand peut y apporter une première réponse.